Chat-l'ange Unanimo 2016 - Cinquième Texte, par felixcat17

Unanimo Géant : jouons tous ensemble !
1 mot par jour pendant 5 jours, toutes les semaines du lundi au vendredi

Modérateurs : diplojak, Piano, lynkowsky, peyo_fr

Chat-l'ange Unanimo 2016 - Cinquième Texte, par felixcat17

Message par peyo_fr » 13 Jan 2017 8:55

(CLIQUER ICI POUR RETROUVER LA TOTALITÉ DES TEXTES EN LICE, ET ICI POUR CONSULTER LE RÈGLEMENT ET LA LISTE COMPLÈTE DES 260 MOTS IMPOSÉS)

CINQUIÈME TEXTE : "Je me souviens, petit...", par felixcat17 (2016 mots, 260 mots imposés, dans leur ordre d'apparition dans Unanimo !!!)

Je me souviens, petit...

d'avoir appris très jeune le système HEXADECIMAL

d'avoir entendu le MAITRE, agitant un JOURNAL vers le cancre de la classe en le traitant de CRETIN car il jouait avec des ALLUMETTES pendant le cours.

d'avoir écouté, la nuit, sur Radio-ANDORRE, une EMISSION MYTHIQUE, me laissant avec comme seule INTERROGATION POUR qui sont émises ces ondes nocturnes ?

de m'être pensé CHAMPION au ping-pong, avant de CHANCELER après une certaine défaite, ranger ma raquette dans sa HOUSSE, puis REVASSER à nouveau, avant de sombrer dans un PROFOND sommeil en pleurs sur un MATELAS traînant par là, et réveillé par un INSECTE, qui allait se faire attraper par un oiseau PREDATEUR, et c'était une bête à BON DIEU, ou peut-être un PUCERON...

d'avoir vu couler dans une forêt, rouge comme du KETCHUP, le sang d'un BUCHERON fort AGITE par sa blessure et trouvant le SALUT grâce à un vétérinaire passant dans une PORCHERIE voisine.

du SUSPENS , dans une émission que je ne saurais NOMMER, pleine de MYSTERE et où une PAIRE de détectives enquêtait sur la MAFIA, avant que l'un ne soit ELOIGNE de cette histoire par un violent coup reçu au CREUX des reins, SOMBRE avatar d'un métier où tout devient rapidement RELATIF...

de m'être baigné dans l'ONDE de l'océan, où un ROULEAU me fit brusquement perdre mes lunettes, comme si j'avais reçu un coup de PELLE qui voulait me BRISER...

de la CREME au chocolat servie dans le MOULE de préparation, moment UNIQUE de plaisir, j'en fais le SERMENT, du repas DOMINICAL où mes PARENTS s'engueulaient souvent à en friser le MEURTRE PUR, se moquant de ce qu'AUTRUI aurait pu MEDIRE sur leur compte.

d'avoir découvert le sens des mots DESIRER et CONVOITER en voyant dans une PASSOIRE des RAMEN, et j'imaginais que des PIRATES avaient rapporté d'orient cette sorte de SPAGHETTI, les VOLANT à leurs inventeurs, en soufflant dans la CORNE à Muse qu'ils avaient attrapée et devenait VIOLETTE de peur, comme sa CHAUSSETTE qui était ROSE à l'origine. Elle rêvait de devenir INVISIBLE à leurs yeux exorbités de folie, et poussait des "OUPS" du genre CATASTROPHIQUE en les imaginant s'EMPALER tous sur elle, dans un SCANDALEUX mêlement de foule... !!!

d'avoir vécu quelque temps dans une COMMUNAUTE, issue d'un MOUVEMENT valorisant les FLEURS de mai, la CONTESTATION, et où la musique était PSYCHEDELIQUE. Je me levais TOT chaque matin, soucieux de mon HYGIENE de vie, avant de rejoindre l'ACCUEIL du campement, où je prodiguais un SOIN à chacun, procurant toujours au moins un peu de SOULAGEMENT...

d'avoir vu une EXPOSITION de peinture moderne, où le VIOLET prédominait. Il y faisait tellement chaud que je dus souvent m'HYDRATER, craignant de me faire alpaguer par un ULTRA, me vantant le RAYONNEMENT de sa technique, quitte à m'user jusqu'à la CORDE, ou m'entretenir de sa REPRESENTATION de la vie, se prenant pour un VIRTUOSE bien sûr incompris...

d'avoir regardé un film avec un DUO d'acteurs connus, dont l'un était MEXICAIN, et tourné en EXTERIEUR. Il y était question de la possibilité d'une INTELLIGENCE dans un autre monde VIVANT, hors de notre UNIVERS, le SEUL que nous connaissons, et où la COURBURE aux limites de ce dernier nous révélait le caractère CYCLIQUE de la vie...

d'avoir rêvé de dame FORTUNE, non point sur un vélo, le CHRONOMETRE comme seul juge de mes performances et soumis aux aléas de la METEOROLOGIE, mais en rencontrant ma MOITIE, mon numéro, voire mon cas numéro, COMPLEMENTAIRE, dans une rencontre INCOMPREHENSIBLE, mais devenue depuis INDISPENSABLE, avec ce RAVISSANT et inoubliable GOUT du bonheur en bouche qui vous envoie DIRECT au paradis...

de ces échanges entendus dans un COLLECTIF LOCAL où il n'y avait qu'un vrai PAYSAN, qui nous expliquait l'importance de ce métier qu'est SERVIR la terre, avec DOUCEUR pour qu'elle rende au centuple cet amour à chaque FOYER de par nos récoltes à venir...
- BEURK ! PASSEISTE ! se moquaient les imbéciles irrespectueux de la nature dans la DISCUSSION qui s'ensuivait.

du premier apéro que je pris, PRELIMINAIRE nous ouvrant l'appétit pour le repas à venir et à DEGUSTER, un PASTIS, et de la CACAHUETE qui s'était coincée dans mon gosier et m'avait causé la honte...

d'y avoir entendu mon grand-père parler de BUSINESS, dans toute sa DEMESURE mondialisée déjà, faisant penser à l'OPIUM de la génération précédente, où l'ABRUTI qui rêvait d'ALLEMAGNE dans l'IMMENSITE de ses délires faillit nous conduire à notre perte...

de mon premier choc vécu à la télévision, un pourtant REPOSANT DOCUMENTAIRE d'un matinal aventurier, le commandant couche-tôt, qui nous a fait découvrir à bord d'un SOUS-MARIN, la CALYPSO (encore un hommage à Muse!), les joies d'un monde SAIN, mais pas assez sanctifié...

de ma tristesse lors de ma SEPARATION d'avec ma petite copine, avec qui je faisais souvent du SKATE devant l'EGLISE, et qui est partie avec un PUNK de l'île de Ré. Cet INSULAIRE avec une tête a faire peur aux MACAREUX même dépourvus de nageoire DORSALE n'était qu'un petit OUTSIDER, pas le VOLCAN qui lave plus blanc auquel elle crût, mais un VEINARD qui avait abusé d'elle sans crier GARE...

de mon premier film avec le carré blanc, histoire d'une PEREGRINATION lors de l'attaque d'un train POSTAL, un film d'AVENTURE qui, sous des DEHORS simplistes, bénéficiait d'un scénario VARIE et... instructif !

de ma première rencontre sous le signe de la CONVIVIALITE, avec un cuisinier ESPAGNOL expert dans la CUISSON des viandes, autour d'un bon repas quoique peu LEGER, puisque j'ai fini dans mon LIT, fort barbouillé, et réveillé en soirée par le SON INFERNAL d'un groupe de rock sur la place, sans avoir pu PIQUER mon roupillon jusqu'au bout. J'ai été piqué de rêve, donc..

d'un cours d'histoire où il était question d'un FERMIER GENERAL, exempté de GABELLE, ce qui ne manque pas de sel, grâce à la CONTREBANDE qu'il faisait avec un gars du DAUPHINE pourvu en terrain FERTILE.

d'un DEJEUNER que nous fîmes à VIENNE, en famille, et où mon père me traita de SELENE car j'étais toujours dans la Lune. Je faillis m'étrangler avec mon FEUILLETE au fromage lorsque je l'entendis SIFFLER pour se moquer de moi...

de ma première leçon d'avion, où mon COPILOTE croyait ressembler à un ACTEUR connu et FACETIEUX, et alla jusqu'à me traiter de DROIDE tellement je l'énervais par mon calme, genre gars qui BOSSE tranquille. Lui, FURIEUX à l'EXTREME, appuyait sans arrêt sur sa PEDALE de frein pour éviter la CHUTE, et ce fut là mon dernier cours !

de vacances en bord de mer, à disputer des parties de VOLLEY sur la plage, me reposer face à la mer sur un TRANSAT, ou encore jouer le soir à un JEU de cartes. Un AMENAGEMENT avec le propriétaire des lieux nous avait permis de faire un peu de tourisme FLUVIAL sur le fleuve local pour pas cher. Cette journée fut mémorable, une AMPOULE de la cuisine nous explosant à la figure, pendant que la HOTTE de la cuisine rendait l'âme! Nous avons CRU à un ABUS du proprio de vouloir nous faire payer les dégâts occasionnés, mais il se calma et nous proposa d'aller effectuer une CUEILLETTE de champignons dans un bois, un coin ETRANGE, peu connu. Je me plus à y COURIR LONGTEMPS, jusqu'à ce que la FATIGUE me fit m'allonger d'un coup, pour l'ETERNITE, pensai-je sur le coup tellement j'étais épuisé.

d'être parti à NEW YORK quelques années plus tard, ayant vu une PUB qui vantait la LEGENDAIRE DESTINEE de cette ville peu ordinaire, et COMMENT le premier jour, en prenant un ESCALIER pour arriver sur le QUAI du métro, je croisai un compatriote avec un béret et une vraie BAGUETTE de premier CHOIX à la main, tenant en laisse un GRIFFON menaçant de l'autre main, animal tout en muscles avec un fort POTENTIEL d'attaque, CONTRAINTE qui me fit déguerpir aussitôt.

de ma mère, m'interrompant dans mon étude d'un exercice de COMBINATOIRE, et m'apprenant, juste avant de partir à un OUVROIR, la DISPARITION d'un frère, grand baroudeur parti faire le tour du monde, partant du CANADA et étant passé par la RUSSIE, la CHINE, l'EGYPTE avant de mourir en THAILANDE, d'où il nous envoya un dernier massage... C'était un MARIN intrépide, comme beaucoup de membres de notre DIASPORA, et qui nous disait, non sans humour, préférer partir en CROISADE défendre le TABOULE, quitte à en faire le COMMERCE, que de rester planté sur une chaise sans rien faire...

d'avoir cru vivre ma vie en HARMONIE avec la nature, en PARFAIT disciple de Rousseau, et donc REVER à ce qui me semblait IMPOSSIBLE jusqu'alors. J'ai vécu ainsi quelque temps, à IDEALISER cette vie qui était devenue mienne, un petit TRAFIC sans grande conséquence m'aidant à survivre matériellement.

de m'être dégoûté de la GEOMETRIE, dans laquelle je m'étais engagé, pour devenir, ce qui était COTON au départ, antiquaire, prêt à vendre n'importe quelle BRELOQUE que je dénichais au premier HOMME qui passait par là. Puis j'ai rapidement dit ADIEU à ce métier, ayant croisé un jour un INFAME personnage qui faillit me détruire, car j'ai bien cru y LAISSER ma PEAU, me voyant CONDAMNE à court terme : ENSEMBLE, tout était devenu pas possible...

d'avoir, par un beau jour bien CHALEUREUX de printemps, rencontré celui qui allait devenir un véritable AMI, dans toute sa SIMPLICITE, toujours le SOURIRE aux lèvres, un PNEU moins RIGOUREUX par contre dans l'usage des jeux de mots. On s'est croisés un beau jour, dans un CENTRE commercial, et sa première phrase fut :
- Je ne suis pas CELTE que vous croyez, VULCAIN de sort !
Il s'était pourtant forgé une réputation de comique, avec sa petite TROUPE de théâtre dans laquelle il m'a emmené jouer une de ses compositions : "ICARE, triste sire...". Ça ne volait pas haut, mais le SHOW se déroula quelque temps avec succès, sans le moindre LEZARD. Mon acolyte y tenait le rôle d'un EQUILIBRISTE qui avait décidé de jeter l'ANCRE non pas sur les pages d'un cahier, mais sur les lignes d'un ECRAN, tout de NACRE orné. Sa prose fut jugée par un critique un peu RANCE, mais c'était une vieille CARNE aigrie, qui aurait mieux fait de rester muet comme une CARPE ! Tout allait bien jusqu'à ce que, lors d'une tournée en CRETE, nous tombâmes sur un MOUSTACHU LIBANAIS et, HOULALA, il prit fort mal notre pièce, se croyant visé, et ce PEKIN me traita de DESERTEUR par jalousie, tout cela parce que nous avions le Vian en poupe... et que lui ne savait CRACHER que du venin, jaloux qu'il était du JAZZ qui sortait de ma trompette, telle une ECUME d'un jour au lendemain qui chante...

d'avoir DILUE le reste de mon temps dans le néant, jusqu'à ce que je tombasse RAIDE dingue d'une nana que je croyais être la flamme de ma vie, qui m'a allumé et consumé jusqu'à ce que je finisse dans un CENDRIER où je finis par renaître bien plus tard, tel un chat, avec plusieurs vies, ou un phénix, ce qui explique l'origine de mon nom, Phénixcat17... Pour me protéger d'un éventuel retour de flamme, je me construisis une DIGUE de vertu mais en vain, car, selon les dires d'éminents spécialistes en neurologie, plus d'une DENDRITE avait été atteinte lors de la combustion. Ainsi, on croit monter éternellement dans la vie, alors qu'on finit souvent par des cendres, et ce plus vite que prévu... Mais nous voici arrivés à la chute de feu mon texte...
Dernière édition par peyo_fr le 17 Jan 2017 19:11, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
peyo_fr
Premium
Premium
 
Message(s) : 2070
Inscription : 27 Fév 2014 0:27
Localisation : Paris/Angers/Arcachon

Re: Chat-l'ange Unanimo 2016 - Cinquième Texte, par felixcat

Message par Ambroisie » 13 Jan 2017 9:18

Je donnerais bien un César à l'auteur de ce Cinquième élément !

Il arrive souvent qu'à trop attendre de quelqu'un ou de quelque chose on soit déçu et que la découverte ne soit pas à la hauteur de l'attente. Avec Félix, c'est impossible et je ne sais pas s'il faut avoir plus de souvenirs ou plus d'imagination que lui pour mener à bien une telle entreprise a laquelle il nous a pourtant habitués, pour certains d'entre nous !
Finalement, c'était bien lui dans l'article de journal de Paris-Match, je n'avais pas rêvé ! :salut: :poucehaut:

P.S. : et bien Muse, qu'allais-tu faire sur cette galère ? !! 8)
Avatar de l’utilisateur
Ambroisie
 
Message(s) : 2067
Inscription : 19 Fév 2014 19:23
Localisation : Rhône-Alpes-Auvergne

Re: Chat-l'ange Unanimo 2016 - Cinquième Texte, par felixcat

Message par peyo_fr » 13 Jan 2017 12:36

Georges, sors de ce corps !!! Felix, ou le Monsieur Jourdain de l'OuLiPo, tue le match ! :boulet:

Non seulement la péréquation est sublime, mais il y a aussi de la mise en abyme là-dedans, d'ailleurs je me souviens aussi maintenant de "Je me souviens de "Je me souviens""...

Bientôt une rue a ton nom ?

La Disparition par l'exemple.JPG
Vandalisme ou hommage ? La police s'interroge...
La Disparition par l'exemple.JPG (46.14 Kio) Consulté 3280 fois
Avatar de l’utilisateur
peyo_fr
Premium
Premium
 
Message(s) : 2070
Inscription : 27 Fév 2014 0:27
Localisation : Paris/Angers/Arcachon

Re: Chat-l'ange Unanimo 2016 - Cinquième Texte, par felixcat

Message par Dosto » 13 Jan 2017 15:02

Très beau mémo d'instants de vie où l'ordre des mots dénonce le désordre des maux. Je vous adresse pour votre adresse toute ma liesse à lire votre malice cher complice.
Dans ce carcan des contraintes votre poésie a fait son lit.
Qu'un mémo m'émut je n'eus cru.
Avatar de l’utilisateur
Dosto
Premium
Premium
 
Message(s) : 2843
Inscription : 24 Juin 2011 12:39
Localisation : Morbihan

Re: Chat-l'ange Unanimo 2016 - Cinquième Texte, par felixcat

Message par vance35 » 13 Jan 2017 23:32

très bel exercice de style, bravo Felixcat
Avatar de l’utilisateur
vance35
 
Message(s) : 144
Inscription : 27 Juin 2013 20:40
Localisation : Bretagne

Re: Chat-l'ange Unanimo 2016 - Cinquième Texte, par felixcat

Message par Ambroisie » 14 Jan 2017 8:14

Dosto a écrit :Très beau mémo d'instants de vie où l'ordre des mots dénonce le désordre des maux. Je vous adresse pour votre adresse toute ma liesse à lire votre malice cher complice.
Dans ce carcan des contraintes votre poésie a fait son lit.
Qu'un mémo m'émut je n'eus cru.


Joliment dit :)
Avatar de l’utilisateur
Ambroisie
 
Message(s) : 2067
Inscription : 19 Fév 2014 19:23
Localisation : Rhône-Alpes-Auvergne

Re: Chat-l'ange Unanimo 2016 - Cinquième Texte, par felixcat

Message par caius » 14 Jan 2017 8:21

Je n'en attendais pas moins de toi. Tu devrais être hors challenge, trop fort. Mais quand même tous ces souvenirs ... un vrai livre !!! J'en bave de jalousie :geek:
bravo mon minou ( en vrai je suis fière de toi).
caius
Premium
Premium
 
Message(s) : 213
Inscription : 16 Mai 2014 8:59

Re: Chat-l'ange Unanimo 2016 - Cinquième Texte, par felixcat

Message par felixcat17 » 14 Jan 2017 10:45

Grand plaisir à voir vos mots si doux, si jolis, si plaisants, si gais, provoquant tant de satisfaction !
Et surtout goûtant au plaisir pris à vous voir vous joignant à moi, nous imaginant ainsi un instant fils d'un brillant disparu fort connu, mais qui fût un instant important pour nous tous, ... sans aucun chagrin ! ;)

Bravo à nous ! :)
Avatar de l’utilisateur
felixcat17
Premium
Premium
 
Message(s) : 437
Inscription : 01 Déc 2013 14:52
Localisation : quelque part à l'ouest, complètement à l'ouest...

Re: Chat-l'ange Unanimo 2016 - Cinquième Texte, par felixcat

Message par Ambroisie » 14 Jan 2017 19:24

felixcat17 a écrit :Grand plaisir à voir vos mots si doux, si jolis, si plaisants, si gais, provoquant tant de satisfaction !
Et surtout goûtant au plaisir pris à vous voir vous joignant à moi, nous imaginant ainsi un instant fils d'un brillant disparu fort connu, mais qui fût un instant important pour nous tous, ... sans aucun chagrin ! ;)

Bravo à nous ! :)


On vient pourtant d'en parler et je ne voyais pas d'où venait que ta façon de t'exprimer me paraissait bizarre !! :mrgreen: Bon, le fond reste quand même vrai, c'est le principal ! :)
Avatar de l’utilisateur
Ambroisie
 
Message(s) : 2067
Inscription : 19 Fév 2014 19:23
Localisation : Rhône-Alpes-Auvergne

Re: Chat-l'ange Unanimo 2016 - Cinquième Texte, par felixcat

Message par la brebis » 17 Jan 2017 21:25

très beau texte en effet. "mes ficelles de caleçon" comme on dirait dans ma campagne profonde :geek:
Avatar de l’utilisateur
la brebis
Premium
Premium
 
Message(s) : 186
Inscription : 26 Oct 2015 23:39
Localisation : auxerre

Re: Chat-l'ange Unanimo 2016 - Cinquième Texte, par felixcat

Message par felixcat17 » 18 Jan 2017 10:39

Merci Amb d'avoir remarqué ce (court ! ) texte qui a pour particularité rarissime de ma part d'être, en hommage à ce bon Georges (et pas Boy Georges, pour ceux qui ne pratiquent pas la culture dans un club... ), sans "e" de mots :geek: , et la brebis, qui me permet de conforter et d'enrichir un dicton d'un autre ardent défenseur et illustrateur de notre belle langue :
Si la fourmi n'est pas prêteuse, la brebis n'est pas galeuse, on pourrait même la qualifier de seigneur des agneaux, sans avoir à être forcément du signe du bélier qui a tendance à foncer dans le tas en voiture ! :)

Au plaisir ! :)
Avatar de l’utilisateur
felixcat17
Premium
Premium
 
Message(s) : 437
Inscription : 01 Déc 2013 14:52
Localisation : quelque part à l'ouest, complètement à l'ouest...


Retour vers Unanimo

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)